Bientôt un comité de pilotage pour l’instauration d’une administration électronique tunisienne

De nos jours, la stratégie de développement de l’administration électronique est une approche novatrice qui s’inscrit dans la dynamique du gouvernement pour le renforcement de l’économie du savoir et l’introduction des technologies de l’Information et de la Communication « TIC » dans tous les compartiments de la vie du tunisien.

C’est dans ce contexte que Khaled Sellami, directeur général de l’unité de l’administration électronique à la présidence du gouvernement a annoncé qu’actuellement un comité de pilotage national travaille sur le lancement d’une stratégie globale relative à l’instauration de l’administration électronique.

Selon lui, les objectifs prioritaires de cette nouvelle approche sont multiples dont notamment l’amélioration de la relation avec les citoyens, la promotion de la performance des entreprises, la consolidation du processus de transition démocratique et de gouvernance publique en Tunisie.

La réalisation et la réussite de ce projet dépendent d’un partenariat fructueux entre l’administration et son environnement, aussi bien parmi les ministères que dans les entreprises et avec le citoyen, a-t-il précisé .

L’administration électronique pour la lutte contre la corruption

Le projet de l’administration électronique est l’un des principaux mécanismes qui seront utilisés dans le cadre des programmes de gouvernance de l’administration et de la lutte contre la corruption, tant il est vrai que l’automatisation des circuits administratifs et le renforcement de la relation immatérielle avec les structures administratives garantissent automatiquement le droit pour toute personne physique ou morale d’accéder à l’information et de prendre connaissance des procédures administratives à suivre pour bénéficier des services.

Ce projet est de nature à réduire les risques de malversation, de favoritisme, de népotisme et de toute autre forme de corruption.

Dans le cadre du programme de l’administration électronique, plusieurs systèmes électroniques ont été développés en vue d’appuyer ce processus.

On rappelle que la Tunisie a amélioré son classement mondial quant à l’état de l’administration électronique selon le dernier rapport des Nations-unies de l’année 2016. Elle est passée du 75ème au 72ème rang.

Cette amélioration reflète les efforts des structures publiques dans la mise à niveau de leurs systèmes d’information ainsi que l’offre croissante de services administratifs en ligne.

A vrai dire, la Tunisie a connu une évolution importante en matière d’infrastructure informatique, depuis quelques années, avec un renforcement de la capacité de raccordement au réseau Internet, mais cela n’empêche qu’il nous reste encore beaucoup d’efforts à déployer afin d’atteindre nos objectifs en matière d’e-administration et d’e-government.

AfricanManager.com

Les commentaires ne sont pas autorisés.